Martin Luther King, 50 ans plus tard
Mason Temple Memphis, Tennessee, April 3, 1968
Le 3 avril 1968, au Mason Temple (Church of God in Christ, Inc. – siège mondial), Martin Luther partage le sermon « I’ve Been to the Mountaintop » (« J’ai été au sommet de la montagne ») devant une foule euphorique :

« Ce n’est pas vraiment important ce qui arrive maintenant… Certains ont commencé à […] parler des menaces qui se profilaient. Qu’est-ce qui pourrait m’arriver de la part d’un de nos frères blancs malades… Comme tout le monde, j’aimerais vivre une longue vie. La longévité est importante mais je ne suis pas concerné par ça maintenant. Je veux juste accomplir la volonté de Dieu. Et il m’a autorisé à grimper sur la montagne ! Et j’ai regardé autour de moi, et j’ai vu la terre promise. Je n’irai peut-être pas là-bas avec vous. Mais je veux que vous sachiez ce soir, que nous, comme peuple, atteindrons la terre promise. Et je suis si heureux ce soir. Je n’ai aucune crainte. Je n’ai peur d’aucun homme. Mes yeux ont vu la gloire de la venue du Seigneur ! »

Le 4 avril 1968 à 18 h 01, Martin Luther King est assassiné alors qu’il se trouve sur le balcon du Lorraine Motel à Memphis dans le Tennessee. Ses dernières paroles sont dites au musicien Ben Branch qui devait se produire ce soir-là lors d’une réunion publique à laquelle assistait Martin Luther :

« Ben, prévois de jouer Precious Lord, Take My Hand [Seigneur, prends ma main] à la réunion de ce soir. Joue-le de la plus belle manière. »

Ses amis à l’intérieur de la chambre du motel entendent des coups de feu et courent sur le balcon pour trouver Martin Luther King abattu d’une balle dans la gorge. Il est déclaré mort au St. Joseph’s Hospital à 19 h 05.

(Photo: Joseph Louw/The LIFE Images Collection/Getty Images) via Yahoo News

50 ans plus tard, peu est changé dans le monde, les injustices de caractère raciales et violences entre différents peuples sont encore une réalité.

Gregory Thompson, dans un article en anglais intitulé « MLK: The Friend We Need But Do Not Want » (« Martin Luther King: l’ami dont nous avons besoin mais que nous ne voulons pas ») conclue :

Martin Luther King, Jr. a été lentement transformé d’un homme courageux avec une vision extraordinaire de la démocratie en un peu plus d’une abstraction civique hautement citable ,; une figure que beaucoup vénèrent, mais que peu écoutent vraiment.

Martin Luther King,  50 ans plus tard

Comment pouvons-nous mettre en pratique le témoignage de Martin Luther King Jr. dans nos vies?

  1. King nous appelle à voir avec les yeux de l’amour. Afin qu’on puisse voir nos voisins, nous-mêmes et nos ennemis en tant que créatures crées par et pour l’amour. Pour King ceci veut dire que nous sommes tous porteur d’une gloire indéracinable qui doit être protégée et honorée.
  2. Nous devons ensuite œuvrer dans l’amour au sein de notre société. Il faut exemplifier cet amour dans nos habitudes individuelles. King voulait construire une nouvelle société dirigée par l’amour. Il a compris que cela prends parfois un effort soutenu et que parfois il faut se retirer.
  3. Troisièmement, King nous appelle à embrasser les souffrances de l’amour. Ceci est un appel à la renonciation de soi. Une des contradictions les plus amères dans la vie de King est le peu qu’il a pu voir réalisé de son rêve pour sa nation.

Ressources aditionnels

La librairie CLC Canada vous recommande le livre La force d’aimer qui nous présente 17 discours du Pasteur Martin Luther King.

Aussi Selma, ce film raconte la période tumultueuse de trois mois en 1965, lorsque Martin Luther King, Jr. a mené une campagne dangereuse pour obtenir des droits de vote égaux face à une opposition violente. La marche épique de Selma à Montgomery a abouti à la signature par le président Johnson du Voting Rights Act de 1965, l’une des victoires les plus significatives pour le mouvement des droits civiques.

Texte adapté d’un article par Gregory Thompson intitulé « MLK: The Friend We Need But Do Not Want » et Wikipedia.

Laisser un commentaire