Celui qui parle de la croix

La croix de Christ a, de toujours, été importante pour le chrétien. Elle est centrale à la foi biblique, comme l’indique l’apôtre Paul quand il déclare : « Loin de moi la pensée de me glorifier d’autre chose que de la croix de notre Seigneur Jésus-Christ. »

Son importance réside en Celui qui y est cloué et qui y souffre la mort, ainsi que dans ce qui y est accompli. L’histoire du monde a connu de multiples croix ou exécutions. Mais celle-ci est entièrement différente de toute autre, principalement à cause de qui y est et de ce qu’il y fait.

Les paroles qui sortirent de la bouche de Jésus alors qu’il pendait sur la croix sont d’une richesse immense pour la compréhension du message du salut.

C’est ce que montre Arthur Pink dans des pages d’une chaleur pleine de dévotion. Face aux souffrances et à la victoire de Christ, on est loin d’un exposé clinique et froid. Ce sont toutes les cordes sensibles de celui qui est touché par la grâce de Dieu qui sont activées pour faire monter finalement un cantique à la gloire de Dieu pour l’envoi de son Fils dans le but d’obtenir le salut pour son peuple.

Pink est renommé pour son exactitude face au texte biblique. Ici, il va plus loin et fait vibrer les cœurs. Il ne laisse pas non plus de côté celui qui ne connaît peut-être pas encore le Seigneur comme son Sauveur. Il met au défi son lecteur de se confier en la grâce toute-puissante et souveraine qui s’irradie de celui qui parle de la croix.


Celui qui parle de la croix

Acheter

Arthur Pink (1886-1952) naquit à Nottingham, en Angleterre. Il occupa des postes pastoraux en Grande Bretagne, puis aux États-Unis et en Australie. Il fut pendant de longues années le rédacteur d’un magazine appelé Études dans les Écritures, duquel proviennent la plupart de ses écrits. Il est l’auteur de La souveraineté de Dieu, de Ils ne périront jamais (la persévérance des saints) et de Le Seigneur est mon appui (réconfort pour le chrétien dans l’épreuve). Il mourut dans la ville de Stornoway, sur une île au nord de l’Écosse.

Laisser un commentaire